Air France-KLM pèse 70 milliards pour les deux pays

Etude d’impact réalisée à l’occasion du 20e anniversaire du Groupe franco-hollandais.
©Air France – KLM Group

A l’occasion de son vingtième anniversaire, le Groupe Air France-KLM dévoile les résultats d’une étude d’impact visant à quantifier et analyser les retombées socio-économiques engendrées par son activité en France et aux Pays-Bas.

Commandée par Air France-KLM, l’étude a été réalisée par le professeur Herbert Castéran, enseignant-chercheur, Directeur de l’Institut Mines Télécom Business School. Elle couvre les trois métiers du Groupe: l’activité passage (transport de passagers), le cargo et la maintenance aéronautique.

Impact économique majeur pour les économies nationales

Les conclusions de l’étude mettent en évidence le rôle majeur que joue Air France-KLM dans la dynamique économique de la France et des Pays-Bas. Alors qu’au cours de l’exercice 2023, le Groupe Air France-KLM a généré un résultat net de 0,9 milliard d’euros, son impact économique total est estimé à 48,9 milliards d’euros en France et 21,9 milliards d’euros aux Pays-Bas, soit 723 euros par an et par habitant en France et 1228 euros par an et par habitant aux Pays-Bas. Le Groupe génère ainsi 1,9% du PIB français et 2,3% de celui des Pays-Bas.

L’étude conclut que pour 1 euro investi, le groupe Air France-KLM génère 3,6 euros dans l’économie française, et 3,4 euros dans l’économie néerlandaise. Ces retombées économiques prennent la forme d’investissements directs, de création d’emplois directs et indirects, ou encore de dépenses chez des fournisseurs ou prestataires locaux.

Moteur pour l’emploi en France et aux Pays-Bas

©màd

Au-delà de l’aspect économique et financier, l’impact du Groupe Air France-KLM se caractérise également par une forte contribution en matière de création d’emplois qualifiés et non délocalisables. En 2022 et 2023, les différentes entités du Groupe Air France-KLM ont ainsi procédé à 4000 puis 5000 recrutements en CDI, principalement de pilotes, hôtesses et stewards, et mécaniciens. Cette démarche se poursuit en 2024, particulièrement pour les pilotes et les activités de maintenance aéronautique.

Le Groupe est par ailleurs particulièrement actif en matière de soutien de l’accès à l’emploi des jeunes, à travers le recours à l’alternance ou le soutien à des associations en faveur de l’inclusion. L’étude d’impact a estimé que 552’570 emplois en France et 267’996 emplois aux Pays-Bas dépendaient de l’activité d’Air France-KLM, soit l’équivalent de la population de Lyon pour la France et d’Eindhoven pour les Pays-Bas.

Ces emplois sont à la fois des emplois directs, ceux des salariés travaillant directement pour le Groupe Air France-KLM (environ 46’000 en France et 26’000 aux Pays-Bas), des emplois indirects, dans les secteurs connexes, tels que les fournisseurs, les sous-traitants et prestataires de services, et des emplois induits par l’activité du Groupe, par exemple dans le tourisme.

L’étude souligne ainsi que chaque emploi direct au sein du Groupe Air France-KLM en France génère 11 emplois supplémentaires dans le pays. Aux Pays-Bas, l’impact est également très positif puisque pour chaque emploi créé par le Groupe, 9,2 emplois supplémentaires sont créés dans l’économie néerlandaise.

L’Occitanie pour Airbus – la Bourgogne pour les vins

© Airbus

L’étude d’impact socio-économique démontre que l’activité d’Air France-KLM bénéficie à l’ensemble des régions françaises.

Ainsi, à titre d’exemple, outre une forte activité de transport aérien, la Région Occitanie bénéficie d’importantes injections directes compte tenu des achats d’avions et de pièces détachées aéronautiques auprès d’Airbus, de ses sous-traitants et de ses prestataires. Depuis 2018, Air France-KLM a commandé plus de 230 appareils à Airbus, majoritairement assemblés dans la région de Toulouse. Air France dispose par ailleurs d’un site de maintenance à Toulouse.

En ce qui concerne les régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est, la contribution se retrouve notamment dans le soutien à la filière viticole, à travers les achats de vins, champagnes et spiritueux servis à bord d’Air France. En 2023, plus de 2,4 millions de bouteilles de vin et 1,3 millions de bouteilles de champagne ont été servies à bord des vols de la compagnie française.

L’Ile-de-France en tête

©Airplane Pictures/Pascal Maillot

Grâce au hub de Paris CDG et à l’aéroport de Paris-Orly, ainsi qu’à la localisation des sièges sociaux d’Air France et de Transavia France, le Groupe Air France-KLM est un catalyseur socio-économique naturel de la Région Ile-de-France. De longue date premier employeur privé de la Région, le Groupe contribue à 3,2% de son PIB, pour un impact économique total de près de 25 milliards d’euros.

Représentant à lui seul 50% du trafic des aéroports de Paris CDG et Paris-Orly, le Groupe Air France-KLM est ainsi un moteur de la connectivité et de l’attractivité nationale et internationale de la Région. Il soutient tous les maillons de l’économie locale, de l’industrie et du tourisme.

Hub mondial aux Pays-Bas

©zvg/màd

La contribution du Groupe Air France-KLM à l’économie néerlandaise provient essentiellement de la connectivité au monde entier rendue possible par le hub de KLM à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol. La compagnie y a établi l’une des plates-formes de correspondance les plus efficaces au monde, connectant la capitale néerlandaise à 160 destinations, bien au-delà de ce que son marché naturel pourrait soutenir.

Ceci permet aux Pays-Bas d’être l’un des centres économiques les mieux connectés au niveau mondial, créant un environnement favorable pour que des organisations et des entreprises multinationales puissent y établir et conserver leur siège social. Les activités du Groupe Air France-KLM aux Pays-Bas soutiennent également les exportations néerlandaises (fleurs, médicaments…) grâce notamment à la division cargo du Groupe, Air France-KLM Martinair Cargo. (TI)