Austrian Airlines teste les tests rapides

Pour l’instant, les passagers du vol OS 229 à destination de Berlin peuvent profiter de l’offre gratuitement et volontairement.
© Flughafen Wien

En étroite coopération avec l’aéroport international de Vienne, Austrian Airlines lance actuellement la première opération d’essai pour l’utilisation de tests rapides de l’antigène Covid-19 dans le cadre des voyages en avion. Du 23 octobre au 8 novembre, tous les passagers du vol OS 229 de Vienne à Berlin auront la possibilité de passer un test rapide gratuitement et volontairement avant leur départ. L’aéroport international de Vienne a créé à cet effet un centre d’essai dans la zone d’enregistrement du Terminal 3.

Une fois le test terminé, les passagers reçoivent les résultats de leur test dans un délai de 10 à 15 minutes – soit par SMS, soit, sur demande, après une consultation personnelle. Ce n’est que si le résultat est négatif que la carte d’embarquement sera activée et que l’accès à la zone de sécurité et à la porte sera accordé. Si le résultat du test est positif, le passager concerné sera pris en charge par l’équipe médicale de l’aéroport pour une clarification complète de son état de santé et la suite de la procédure sera déterminée avec l’autorité sanitaire responsable. Dans ce cas, il est possible de re-réserver ou d’annuler le vol d’Austrian Airlines sans frais.

«L’avion est déjà le moyen de transport public le plus sûr. Néanmoins, avec ce projet test, nous voulons aller plus loin et rendre les voyages aériens encore plus sûrs», explique Jens Ritter, COO. Dans son communiqué, Austrian Airlines relève: «Les nombreuses restrictions de voyage ont rendu difficile l’établissement d’opérations stables pour les aéroports et les compagnies aériennes au cours des derniers mois.»

En collaboration avec l’aéroport international de Vienne, Austrian Airlines s’est donc fixé pour objectif de démontrer comment des tests rapides peuvent être intégrés dans la chaîne de transport des passagers. Le Groupe Lufthansa travaille avec ses partenaires sur les procédures qui permettront la mobilité intercontinentale et la liberté de voyager tout en maintenant la protection de la santé, même pendant la pandémie. Les conclusions de Vienne sont en train d’être intégrées dans le projet global du Groupe Lufthansa.

«Nous devons démanteler les frontières que le coronavirus a érigée au cours des derniers mois», souligne Jens Ritter. «À l’avenir, notre objectif est de parvenir également à un assouplissement correspondant des restrictions de voyage, mais nous voulons avant tout montrer comment un programme de test ciblé pourrait fonctionner», explique-t-il. Si l’opération d’essai devient bien établie, la société souhaite proposer le programme d’essai à une plus grande échelle.

(CD)