Faillite de Thomas Cook: de nombreux acteurs concernés

La faillite du plus ancien tour-opérateur a des effets collatéraux qu’il est encore difficile de mesurer.
© Thomas Cook

Thomas Cook a publié hier ce message sur son site Internet: «Thomas Cook UK Plc et ses entités associées anglaises sont sous contrôle de l’Official Receiver. L’activité anglaise a cessé ses activités avec effet immédiat et tous les vols à venir et les voyages sont annulés». Le conseil d’administration a placé la compagnie en liquidation judiciaire avec effet immédiat.

Vers la mi-septembre, Thomas Cook faisait face à des problèmes de trésorerie et était à la recherche d’environ 1 milliard d’euros. Des créanciers ont demandé la semaine passée à Thomas Cook de trouver 200 millions de livres sterling en plus des 900 millions apportés par le Chinois Fosun, actionnaire principal du groupe. Les négociations du week-end n’ont pas abouti.

Précisions importantes de la FSV

Dans une information à ses membres, la Fédération suisse du voyage (FSV) précise qu’à l’heure actuelle, seul Thomas Cook en Grande-Bretagne est en liquidation judiciaire. En Allemagne, la société fait certes l’objet d’une procédure d’insolvabilité, mais elle n’est pas encore en faillite. Il en va de même pour la Suisse.

«Il est peu probable que les passagers puissent entreprendre les voyages prévus réservés en Suisse. C’est au client de décider s’il veut prendre le risque de partir dans les jours à venir. Il doit s’attendre à ce que certains prestataires de services refusent de fournir la prestation ou la facturent une seconde fois. Dans ce cas, le consommateur doit faire valoir ses prétentions au moyen de l’attestation d’assurance pour la garantie des fonds de la clientèle de Zurich Assurance, dont le siège est à Francfort. Les prestations individuelles ne sont pas couvertes», précise la FSV.

La Fédération indique que la responsabilité des agences de voyages n’est pas engagée si elles ont vendu un voyage à forfait Thomas Cook ou Neckermann en qualité d’intermédiaire (point de vente). En revanche, si elles ont vendu des prestations individuelles de Thomas Cook (par exemple hôtel uniquement) en combinaison avec un vol proposé à titre individuel, leur responsabilité est engagée en leur qualité de tour-opérateur. «Nous vous recommandons de suspendre tous les versements à Thomas Cook jusqu’à nouvel ordre. Selon les informations communiquées par Thomas Cook Service AG Schweiz, aucune nouvelle réservation, annulation ou modification de réservation ne peut être effectuée pour le moment par téléphone ou via CETS pour des raisons d’ordre juridique», conclut la FSV.

LM Group: moins de 0,3% du total des réservations

Suite à la déconfiture de Thomas Cook, LM Group indique avoir pris immédiatement toutes les mesures pour assister les clients ayant réservé un arrangement ou des vols Thomas Cook, ainsi que ceux se trouvant en voyage. Le nombre de réservations demeure toutefois très faible, représentant moins de 0,3% du total de cette année.

DER Touristik soutient Condor

La compagnie aérienne Condor n’est, à ce jour, pas touchée par la faillite de Thomas Cook – elle demande cependant au gouvernement allemand un crédit-relais de 200 millions d’euros pour maintenir ses opérations hivernales. Les aéroports allemands soutiennent aussi cette requête pour soutenir les vols de vacances. Condor aurait ainsi une chance de maintenir ses opérations à long terme, estime le syndicat ADV.

DER Touristik soutien aussi fortement Condor, dont il est l’un des plus importants clients. Dans un entretien à au magazine fvw, Ingo Burmester, patron pour l’Europe, estime que personne n’aurait intérêt à ce qu’une structure de quasi-monopole se mette en place si Condor était amenée à cesser son exploitation, comme ce fut déjà le cas d’Air Berlin et Germania.

Hotelplan aussi concerné

Hotelplan Suisse a distribué pendant des années les produits Thomas Cook en qualité de partenaire prioritaire. Cette collaboration s’est toutefois réduite ces derniers mois et les effets pour Hotelplan Suisse sont minimes. Dixit Bianca Gähweiler, porte-parole. Actif en Grande-Bretagne avec Hotelplan UK, Hotelplan Group est également concerné. En effet, ses voyages étaient aussi distribués par Thomas Cook. S’il regrette la déconfiture de Thomas Cook, avec lequel Hotelplan UK a collaboré ces dernières années, le CEO Thomas Stirnimann n’est actuellement pas en mesure de détailler les effets de la faillite sur les activités outre-Manche.

Effets en France

Thomas Cook réalisait un chiffre d’affaires d’environ 10 milliards d’euros en Europe. Le marché français n’est pas épargné par la faillite du géant anglais: en France, Thomas Cook détient notamment le tour-opérateur Jet Tours et plus de 430 agences de voyages. (TI)

 

 

Imprimer