Hotelplan Suisse en léger recul estival

La filiale de Migros prévoit une nouvelle progression dans le domaine des spécialistes.

Pour l’exercice 2018/2019 (du 1er novembre 2018 au 31 octobre 2019), Hotelplan Suisse présente un bilan intermédiaire positif malgré une tendance à réserver des vacances balnéaires à court terme: même si les réservations ont été frileuses en début d’année 2019, elles ont progressé à la mi-mars pour les vacances de Pâques et de printemps. Le recul actuel se monte à 2%, indique l’entreprise de Glattbrugg à nos collègues de TRAVEL INSIDE allemand.

Réservations anticipées pour l’automne

Pour ce qui est des prochaines vacances d’été, Hotelplan Suisse parle d’un chiffre d’affaires en baisse de 4% et s’attend toujours à plus de réservations à court terme. «En raison de l’été chaud de l’année dernière, nos clients hésitent à réserver des vacances d’été», déclare Daniel Bühlmann, COO Hotelplan Suisse. Par contre, comme l’année passée, les voyageurs ont réservé leurs vacances d’automne environ six mois à l’avance: la Grèce, l’Espagne et Chypre figurent en tête de liste dans le domaine des vacances balnéaires. Les destinations comme la Turquie, la Tunisie et l’Égypte affichent la plus forte augmentation par rapport à l’année dernière.

Pour la saison d’hiver 2019/20, Hotelplan Suisse fait déjà état d’une croissance à deux chiffres du nombre de passagers par rapport à la saison précédente. Cette augmentation concerne les voyages individuels ainsi que les séjours balnéaires long-courriers aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Thaïlande.

Les vacances actives ont la cote

La progression de la demande en vacances actives s’est traduite par l’enrichissement de l’offre voyages sportifs. Le programme comprend de l’héliski dans diverses destinations, des marathons de ski de fond et des tours accompagnés à vélo. «Nous sommes heureux d’avoir pu augmenter cette année notre chiffre d’affaires par rapport à l’année passée, malgré des réservations à court terme dans le segment des vacances balnéaires, et prévoyons une nouvelle progression pour l’exercice à venir, surtout dans le domaine des spécialistes», ajoute Daniel Bühlmann. (TI)

Imprimer