Le Groupement valaisan rencontre Christophe Darbellay, Président du Conseil d’Etat

Le GVAV a fait part au Conseil d’Etat de sa forte préoccupation face à la baisse de 75% du chiffre d’affaires au premier semestre.

Emmenée par le président Dominique Evéquoz, une délégation du Groupement valaisan des agences de voyages (GVAV), composée également de Nadia Vionnet et Raphaël Lathion, a rencontré jeudi passé le Président du Conseil d’État Valaisan, Christophe Darbellay. «A cette occasion, nous avons remis au Conseil d’État une lettre explicative et avons pu détaillé la situation catastrophique dans lequel se trouve actuellement la branche du voyage. Les échanges ont été riches d’enseignements de part et d’autre. Les spécificités de notre activité ont pu être décrites et nous pensons sincèrement que Monsieur Darbellay a pris conscience de l’ampleur de la crise qui nous, vous touche en ce moment», écrit Dominique Evéquoz dans un courrier aux membres valaisans.

Plusieurs points ont été abordés, seront encore précisés ou feront l’objet de mesures spécifiques au niveau cantonal:

  • Une clarification devra être apportée sur l’éligibilité de la branche du voyage aux mesures de soutien annoncées la veille par le Conseil fédéral, soit la prolongation jusqu’au 16.09.2020 des APG aux indépendants et aux propriétaires gérants d’agences. Si aucune aide ne devait être proposée par la Confédération, le Canton devrait trouver une solution valaisanne pour inclure la branche de voyage dans cette mesure.
  • Les débats ont clairement démontré la nécessité d’inclure la branche dans les mesures de rigueur afin de compenser la perte de chiffre d’affaires estimée jusqu’ici par un sondage effectué en Valais à quelque 75% pour cette année (état au 30.06.20). Cela devrait faire l’objet d’un paquet de mesures sectorielles (incluant les domaines de l’événementiel, de l’agriculture et celui des voyages) qui dans le meilleur des cas pourrait être soumis au Grand Conseil pour la session de novembre.

55 postes menacés sur 255 emplois directs

«Cette séance de prés d’une heure trente, a permis au GVAV de faire part de sa forte préoccupation quant à l’avenir de la branche en Valais et de ces quelques 255 emplois directs. Nous avons d’ores et déjà prévenu que des réductions de temps de travail et malheureusement des licenciements seraient inévitables. Notre sondage anonyme chiffre d’ailleurs à quelque 55 postes le nombre de ceux qui sont en danger et annonce déjà la fermeture de 4 agences dans le canton. Nous avons reçu une oreille attentive de la part de M. Darbellay et sommes convaincus que des solutions pragmatiques pourront être trouvées à terme, mais il s’agira d’un long processus et il faudra nous armer de patience avant d’en constater les premiers effets», conclut Dominique Evéquoz. (TI)