«Nous prévoyons une ouverture des pays d’Asie au dernier trimestre»

Directeur de Tourasia et CEO de Diethelm Travel Group, Stephan Roemer fait le point sur la situation actuelle en Asie.
Stephan Roemer

Début mars, vous avez parlé dans divers médias d’une normalité croissante en Asie. Comment voyez-vous cela aujourd’hui? Pourquoi vous êtes-vous trompé?

Sur la base des informations disponibles, j’ai en effet évalué la situation différemment à l’époque. D’autre part, il faut noter que l’Asie n’a pas connu d’augmentation importante du nombre de cas depuis la mi-mars, par exemple en Chine, en Thaïlande, au Myanmar, au Laos ou au Vietnam. Certains pays ne signalent que des cas individuels, principalement dus à des rapatriés de l’étranger. Avec les Philippines, l’Indonésie et Singapour, nous n’avons actuellement que trois pays qui signalent encore un nombre relativement élevé de cas.

Comment évaluez-vous la situation actuelle?

En fait, on aurait pu parler d’une normalisation de la situation en Asie depuis quelques semaines maintenant. Mais ensuite, l’aspect politique est entré en jeu. Je vois un problème en Asie qui n’est pas aussi prononcé en Europe, mais qui a tendance à s’aggraver en Suisse également. En Asie, ce sont les comités dits «corona», aujourd’hui dominés par des politiciens et des experts de la santé, qui prennent les décisions. Ils sont fondamentalement prudents et n’osent guère prendre certains risques. Les politiciens des secteurs économique et social n’ont guère plus à dire. La quasi-totalité de l’Asie est désormais concernée. Un consensus a encore été atteint en Suisse dans ce domaine.

Pouvez-vous donner un exemple?

En Thaïlande, suite à la démission de plusieurs ministres importants, tout le pouvoir décisionnel appartient au parti le plus fort ainsi qu’aux politiciens de la santé. L’opposition et les intérêts économiques n’ont guère plus de poids, ce qui me semble être la mauvaise approche. La Thaïlande a des temps très difficiles devant elle. Les premières manifestations ont déjà eu lieu. Les Asiatiques ne descendent dans la rue qu’en cas de besoin, ce qui est souvent la seule façon de se faire entendre. Dans de nombreux endroits d’Asie, la détresse et parfois la panique règnent actuellement. La solide classe moyenne qui s’est constituée ces dernières années subit une pression totale.

«Avec divers projets, nous deviendrons aussi un opérateur Incoming»

La quasi-totalité de l’Asie est fermée aux touristes. Que signifie cette situation pour Tourasia?

Nous n’avons actuellement aucune réservation pour cette année, mais quelques demandes et réservations pour l’année prochaine, toutes dans le segment supérieur. Chez Tourasia, nous sommes au chômage partiel, avec deux employés sur 34 plus moi-même au bureau. C’est ennuyeux  pour les autres, ils veulent travailler. Nous nous sommes donc proposés comme saisonniers. Mais aucune chance, il y avait déjà trop de demandes.

Ensemble, nous avons maintenant rassemblé une quarantaine d’idées et fait une sélection. Deux projets sont déjà en cours d’élaboration, puis volontairement mis en œuvre depuis la maison. Ainsi, à partir de novembre, nous organiserons des expositions d’artistes asiatiques dans nos bureaux, deux artistes connus ont déjà accepté d’y participer. Et nous organiserons des voyages en Suisse, spécialement adaptés aux Asiatiques. Nous savons ce qu’ils veulent et nous leur proposerons des forfaits correspondants via notre application Tourasia, mais aussi par l’intermédiaire de prestataires Outgoing en Asie et de la DMC Diethelm Travel en Asie, dont je suis responsable en tant que CEO. Nous deviendrons donc également un opérateur Incoming.

Tourasia continuera donc d’exister sous une forme ou une autre?

C’est certain, en tant que fournisseur de voyages en Asie et peut-être avec un futur modèle commercial englobant des projets de start-up que nous suivons actuellement. Tourasia est dans une position solide, mais nous ne sortirons pas non plus indemnes de cette crise. Je ne peux pas non plus prévoir quelle sera notre taille à ce moment-là. Grâce au chômage partiel, nous avons pu garder tous nos employés et leur verser 100% de leur salaire. Nous avons seulement dit au revoir à une personne pour qui nous ne voyions aucune perspective d’avenir en raison de la numérisation. J’essaie de faire le maximum pour conserver les emplois. Dans un an, nous verrons où nous en sommes.

Y a-t-il des conséquences si l’un de vos employés doit être mis en quarantaine?

Tout le monde ici sait que je l’accepte, qu’aucun jour férié ne sera déduit et que le paiement du salaire est garanti à 100%, à condition que l’application Covid de la Confédération soit téléchargée et activée et que la quarantaine n’ait pas été provoquée délibérément, par exemple par des vacances dans un pays à risque.

Quelle est la situation dans les principales destinations?

En Thaïlande, les plages sont vides et dans tout le pays, environ 30 à 40% des hôtels sont ouverts. Pour l’instant, il n’y a que du tourisme domestique. Les points chauds pour les étrangers comme Kata à Phuket sont comme des villes fantômes. À Bangkok, la vie est relativement normale, mais je sais que déjà 85 hôtels sont à vendre. Cela aura des effets à plus long terme sur le marché immobilier et l’économie en général.

Au Myanmar, certains hôtels sont ouverts, mais la plupart n’ouvriront pas non plus en 2021, car ils ne peuvent pas en supporter les coûts. Nous sommes revenus à l’année  2012, lorsque l’ouverture du pays et le boom touristique ont commencé. Tout ce boom a implosé. Le Myanmar est techniquement dépendant de la Thaïlande pour le transport. Dès que la Thaïlande rouvrira au tourisme, le Myanmar suivra.

En été et en automne, la Chine serait importante pour nous, mais la situation est difficile à juger. Le pays connaît actuellement un énorme boom des voyages domestiques. Mais j’ai entendu dire que la Chine veut conclure des accords d’ouverture avec certains pays, dont la Suisse. L’Indonésie veut rouvrir dans le courant du mois de septembre.

Quand prévoyez-vous réellement les premières ouvertures et pour quels pays ou destinations?

Ce serait de la pure spéculation. Mais le fait est que pour les Maldives, une vague de réservations a commencé immédiatement après l’annonce de l’ouverture, à un bon niveau et à très court terme. Les gens veulent voyager et sont prêts à le faire, même à court terme. Plusieurs clients nous ont demandé de les contacter dès qu’un pays ouvre à nouveau ses frontières.

«L’ouverture des pays n’est plus une question de pandémie mais une question politique»

Quels signaux recevez-vous des gouvernements et des responsables du tourisme?

Comme je l’ai dit, la décision ne revient pas aux responsables du tourisme et au ministère du tourisme, mais à ces comités «corona». Et ils sont omnipotents. Il s’agit seulement de savoir comment parvenir à un accord. Ce n’est plus une question de pandémie mais une question politique, et c’est une question politique dans toute l’Asie.

Les infrastructures locales peuvent-elles être remises à niveau comme cela après des mois de fermeture?

Je ne m’attends pas à une ruée de touristes au début. Je peux imaginer que la Thaïlande, par exemple, va commencer comme dans les années 80. Ainsi, il n’y aurait plus un vol toutes les heures de Bangkok à Phuket, mais deux par jour. La distanciation sociale ne serait pas un problème avec des plages presque vides et des hôtels partiellement ouverts. Chaque pays adaptera ses infrastructures aux nouvelles conditions et à la réduction des flux touristiques. Cependant, il est clair que le tourisme ne fonctionnera pas si une quarantaine de 14 jours est imposée à l’entrée.

Comment se portent les DMC sur place? Vous êtes vous-même CEO de Diethelm Travel Group, qui possède des bureaux dans 13 pays asiatiques?

Tout le monde souffre. Chez Diethelm, nous avons analysé la situation rapidement et très tôt et avons informé tous les employés le 26 mars des mesures nécessaires, y compris des perspectives à plus long terme. Nous avons parfois été critiqués par nos concurrents pour cela. En interne, il y a eu une grande approbation: en quatre jours, nous avions presque tous les 550 employés derrière nous. Certains d’entre eux n’ont pas voulu soutenir cette démarche et ont quitté l’entreprise. Rétrospectivement, je suis heureux que nous ayons réagi si tôt et pris des mesures. Plusieurs DMC ont depuis suivi notre exemple.

«Au sein de Diethelm Travel Group, nous avons dû réduire de 550 à 300 le nombre d’emplois»

Comment Diethelm Travel Group se présente-t-il aujourd’hui?

Comme toutes les autres DMC, nous n’avons pas eu d’autre choix que de mettre en œuvre d’autres mesures et d’adapter nos effectifs. Aujourd’hui, ils sont encore un peu plus de 300, à qui nous versons encore 50% de leur salaire. Cela ne nous dérange pas non plus si quelqu’un peut temporairement prendre un autre emploi. Mais tout le monde s’ennuie, alors nous avons lancé des activités et des programmes de formation qui sont très appréciés. Il s’agit notamment de formations en anglais et en informatique, de visites d’hôtels, etc. Cela nous permet d’employer environ 40% des effectifs. Dès que le tourisme reprendra, on peut recommencer du jour au lendemain. Nous sommes prêts. Actuellement, une petite équipe dans tous les bureaux s’occupe du travail qui doit être fait, comme les nouvelles réservations pour 2021 ou les annulations.

Vous avez lancé malgré tout un catalogue Asie 2020/21. S’agit-il simplement d’une nouvelle édition de l’ancienne, ou y a-t-il des ajustements?

Il s’agit d’un catalogue entièrement nouveau, avec de nombreuses adaptations, de nouveaux produits, des hôtels et des destinations. L’élargissement de l’offre d’excursions était important pour nous, car nous partons du principe que les clients auront tendance à ne pas bouger pour des raisons de sécurité et qu’ils voudront faire des excursions à partir de leur lieu de séjour. Pas seulement en raison du corona, mais aussi du développement général du tourisme asiatique et de la demande de la clientèle, nous avons maintenant beaucoup plus de produits «natural social distancing» à offrir. Et tout cela à des prix très attractifs.

Un catalogue a-t-il un sens à l’heure actuelle? D’autres s’appuient sur des catalogues numériques.

Oui, absolument. Nous voulons montrer que nous sommes innovants et actifs. Une apparition numérique seule – comme beaucoup le font maintenant – était hors de question pour nous.

Comment évaluez-vous l’évolution future?

Nous partons du principe que que nous assisterons à une ouverture progressive des pays d’Asie au cours du dernier trimestre. Il y a quelques indications à ce sujet. Nous avons des clients qui se renseignent déjà activement pour les mois de novembre, décembre et janvier. Je pense que d’ici juin 2021, nous atteindrons environ 30% du volume comparable de 2019, puis environ 60 à 70% de juillet à décembre 2021. L’Asie a un nombre peu élevé de cas et son prix sera très attractif.

(interview: Urs Hirt – adaptation: Dominique Sudan)