Sauvetage de Flybe, la vraie solution?

Alors que le gouvernement a annoncé voler au secours de la compagnie aérienne, certains estiment que la solution ne résout pas le problème.
© Aero Pixels/Wikipedia

Ce n’est pas le premier cas de sauvetage d’une compagnie aérienne par un gouvernement, et ce ne sera pas le dernier. Toutefois, l’annonce d’un plan de sauvetage de Flybe par le gouvernement britannique laisse plusieurs observateurs perplexes. C’est notamment le cas de Ralph Hollister, Travel & Tourism Analyst chez Global Data.

«Le plan de sauvetage peut soulager à court terme Flybe, mais les déboires de la compagnie aérienne sont liés à des problèmes sous-jacents plus profonds. Un élément clé de l’accord de sauvetage est le report des paiements de Flybe au titre de la taxe Air Passenger Duty (APD). S’il est vrai que l’accent de Flybe sur les voyages domestiques a eu pour cause une hausse des paiements de l’APD plus importante par rapport aux compagnies aériennes rivales, une série de problèmes plus profonds a contribué de manière plus significative à la trajectoire descendante de Flybe.»

Pour lui, l’un des problèmes essentiels est l’absence d’un hub. «Ses destinations sont faites d’un réseau extrêmement désintégré de routes peu souvent opérées. Ses principaux rivaux, Easyjet et Ryanair, ont tous deux des hubs à Londres-Gatwick et Londres-Stansted, offrant ainsi une plus grande connectivité et flexibilité.»

Ces hubs permettent à la concurrence d’augmenter la fréquence sur davantage de destinations. «Le fait de servir un large éventail de voyageurs sur une échelle de masse permet de faire baisser le coût par siège, ce qui rend difficile pour Flybe d’attirer et de retenir les clients sur un marché hyper sensible aux changements de prix.» (TI)

Imprimer