L’UE veut plus de données sur les passagers aériens

L’objectif est de pouvoir traquer les criminels qui s’enregistrent sur un vol.
EU, Europäische Union, Flag, Flaggen
© Pixabay/ Dusan Cvetanovic

Les compagnies aériennes devront à l’avenir partager davantage les données collectées lors de l’enregistrement avec les autorités nationales. Cela aidera à préparer les gardes-frontières au type de personnes qui les attendent et à détecter les criminels, a déclaré la commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson à Bruxelles.

Jusqu’à présent, les données d’enregistrement, appelées données API, ne devaient être transmises que sur une base plus ou moins volontaire, a expliqué Ylva Johansson. Les Etats de l’UE et le Parlement européen doivent encore négocier les nouvelles règles et trouver un compromis avant qu’elles ne puissent entrer en vigueur.

Les règles s’appliqueront aux vols à l’intérieur de l’UE, mais aussi aux vols à destination ou en provenance de l’UE. Jusqu’à présent, seules les données dites PNR, collectées lors de la réservation, doivent être transmises. «Mais les criminels réservent très souvent de nombreux billets pour de nombreux vols, de sorte qu’il est difficile de savoir où ils vont réellement», a expliqué Ylva Johansson.

(TI)