Un peu d’optimisme pour les voyages d’affaires

Les entreprises sondées par la GBTA s’attendent à une reprise en 2021, même si l’ombre d’une deuxième vague fait planer l’incertitude.
Business Travel
©Shutterstock

La Global Business Travel Association (GBTA) a mené une enquête auprès de ses clients sur les événements. Deux sur trois s’attendent à une reprise des événements «en personne» dès 2021, mais la deuxième vague fait planer une incertitude sur la reprise des voyages d’affaires. Pour 45% des sondés, la reprise d’événements physiques se fera au premier semestre (sondage effectué du 15 au 19 septembre 2020). 25% tablent sur le second semestre.

Alors que la plupart ne s’attendent pas à ce que leur entreprise accueille des réunions, des événements ou des conférences en personne cette année, un optimisme croissant est de mise pour 2021, avec 37% qui prévoient d’accueillir une partie ou un grand nombre de réunions ou d’événements au premier trimestre, et 61% au deuxième trimestre. En moyenne, un membre de la GBTA sur quatre reste incertain, ce qui fait écho à l’approche générale d’attentisme provoquée par l’incertitude actuelle liée à la pandémie.

Les attentes concernant les projets de retour au bureau des entreprises varient, une entreprise sur cinq (20%) déclarant un retour au bureau en 2020. Une entreprise sur trois (35%) prévoit de revenir au premier semestre de l’année prochaine, dont 28% au premier trimestre, mais une sur cinq (21%) reste indécise. Le sondage révèle également que 16% des entreprises membres sont déjà revenues au bureau.

En examinant les facteurs qui influencent le retour au bureau et les événements en personne, la moitié (52%) des répondants affirment qu’un vaccin efficace contre la Covid-19 aurait le plus d’influence sur le processus de planification. Un peu moins d’un quart des répondants (24%) souhaitent une diminution des taux de transmission de Covid-19 dans le monde. Moins de répondants se disent influencés par une augmentation des tests de dépistage du coronavirus et une notification rapide des résultats dans le monde entier (8%). Le ralentissement du chômage et de la croissance des économies mondiales ne joue un rôle que pour 3%.

Tout au long de la pandémie, le rôle d’un gestionnaire des voyages et la nécessité d’un programme de gestion des voyages ont figuré en bonne place à l’ordre du jour des conseils d’administration. Le sondage GBTA révèle que la moitié (48%) des entreprises déclarent que leurs cadres supérieurs apprécient «beaucoup plus» ou «davantage» un programme de gestion des voyages qu’avant la Covid-19.

Ce sentiment est conforme à celui des principales parties prenantes des entreprises, notamment les ressources humaines ou la gestion des risques, la moitié (51%) des entreprises déclarant que ces parties prenantes apprécient «beaucoup plus» ou «davantage» le programme de gestion des voyages qu’avant la pandémie.

«S’il ne fait aucun doute que l’incertitude mondiale actuelle autour d’une deuxième vague retarde le retour aux voyages d’affaires, les perspectives pour 2021 s’annoncent plus positives, les entreprises prévoyant un retour aux réunions et événements en face à face. Il est encourageant de voir les entreprises planifier leur retour au bureau de manière prudente et sûre», indique Dave Hilfman, directeur exécutif intérimaire de GBTA.

Elément intéressant, la Suisse suscite pas mal d’inquiétude à l’heure où le sondage a été mené avec 47% des sondés indiquant être «préoccupé» (juste derrière la Belgique et ses 48%, et a égalité avec l’Espagne, l’Italie et l’Irlande). 10% répondent être «très préoccupé», une catégorie qui voit l’Espagne en tête des pays européens avec 35%.

L’entier des résultats de l’enquête peuvent être consultés ici.

(CD)