Une solution pour des voyages durables

Une nouvelle enquête de SAP Concur dévoile cinq obstacles qui peuvent être surmontés.
©Stock.com/ Petmal

On le voit bien dans les gares et les aéroports: les voyageurs d’affaires font à nouveau leurs valises et prennent le chemin des clients, des partenaires et des sites de l’entreprise dans le monde entier. Les objectifs et les concepts de durabilité sont donc mis à l’épreuve dans la pratique en de nombreux endroits après deux ans de pause dans les voyages due à la pandémie.

De nombreux travel managers se sont fixé des objectifs ambitieux. Une récente étude SAP-Concur montre par exemple que la moitié des responsables de voyages d’affaires (46 %) en Allemagne veulent réduire leurs émissions de CO2 cette année.

«Notre étude montre que les entreprises doivent surmonter de nombreux obstacles et agir sur de nombreux leviers pour améliorer leur empreinte carbone liée à la mobilité – du budget à l’engagement des collaborateurs en passant par les politiques de voyage», explique Götz Reinhardt, Managing Director MEE pour les solutions SAP-Concur.

«Mais le plus grand obstacle se situe au niveau des connaissances : près de la moitié des personnes interrogées manquent d’outils pour rendre visible l’impact des voyages d’affaires sur l’environnement. Le problème: si l’on ne connaît pas ses plus gros générateurs d’émissions, on ne peut pas non plus s’attaquer de manière ciblée à ces sources de CO2. C’est le moment de mettre en place les solutions adéquates.»

Ceux-ci montrent clairement que le voyage d’affaires durable est un projet de toute l’entreprise. En effet, les cinq principaux obstacles se situent dans des domaines et des fonctions très différents au sein de l’entreprise.

Manque de budget: réductions liées à la pandémie

Deux travel managers sur trois (64%) indiquent que leur budget pour les programmes de voyages d’affaires a été réduit en raison de l’impact de la pandémie. Il n’est donc pas surprenant que le manque de budget soit le plus souvent cité comme un obstacle sur la voie de programmes de voyages d’affaires plus durables (43%).

En revanche, compte tenu des grandes ambitions en matière de durabilité, il est surprenant que les personnes interrogées n’investissent en moyenne qu’un sixième (14%) de leur budget dans des concepts de voyages d’affaires durables. On constate ici un écart entre les grandes ambitions et la pratique vécue.

Manque de soutien: les collaborateurs doivent encore être convaincus

41% des responsables de voyages d’affaires voient un problème dans la conviction de leurs collaborateurs. En moyenne, un tiers du personnel (35 %) est tout de même entièrement convaincu par le concept de voyage d’affaires durable.

Pour la majorité d’entre eux, il reste cependant encore plus ou moins à convaincre. C’est important dans la mesure où les collaborateurs qui voyagent peuvent, par leurs décisions – en faveur de moyens de transport et d’un hébergement durables ou par une compensation active – avoir une influence considérable sur l’empreinte carbone de leur employeur.

C’est ici que les travel managers ont la responsabilité d’attirer l’attention des collaborateurs sur les options les plus durables tout au long du processus de réservation et de voyage et de leur montrer quelle contribution ils peuvent apporter. Des outils de réservation intelligents comme Concur Travel sont particulièrement utiles à cet égard.

Manque d’outils: l’impact des voyages d’affaires largement méconnu

Alors que le manque de budget et d’engagement des collaborateurs est considéré comme un obstacle fréquent, mais pas le plus important, la situation est plus critique en ce qui concerne l’utilisation d’outils: 39% des responsables de voyages d’affaires considèrent l’absence de solutions professionnelles permettant de visualiser l’impact des voyages d’affaires sur l’environnement comme un obstacle sur la voie de l’amélioration de leur empreinte carbone – et même un cinquième (21%) comme le plus grand obstacle.

Environ la moitié (45%) des personnes interrogées indiquent que leur entreprise a déjà mis en place une solution Travel & Expense correspondante. La même proportion (46%) a un projet plus ou moins concret de mettre en place une telle solution informatique. Les exigences en la matière sont élevées : du reporting à la compensation des émissions de CO2, de l’assistance en matière de communication et de formation au conseil.

Cependant, un tiers des personnes interrogées (31%) considèrent que la plus grande valeur d’un outil est un tableau de bord RSE complet. Pour certains, le reporting est également très utile (18%), car une solution de T&E intelligente permet de le faire facilement.

Directives actuelles sur les voyages: pas assez souples, ni efficaces

Dans de nombreux endroits, les directives de voyage actuellement en vigueur font encore obstacle aux voyages d’affaires verts (39%). Il y a un besoin de rattrapage dans ce domaine. Après tout, avec des politiques de voyage adaptées, les responsables des voyages d’affaires font littéralement passer leurs objectifs et concepts de durabilité dans la rue.

Le manque de flexibilité et d’adaptabilité des directives constitue pour un tiers des Travel Managers un obstacle majeur sur la voie du voyage d’affaires durable – et même le plus grand obstacle pour 17% d’entre eux. Ainsi, un cinquième des personnes interrogées (18%) ont certes mis en œuvre des politiques de voyage entièrement durables.

Mais la plupart sont encore en train de s’adapter. Ainsi, environ la moitié des personnes interrogées (52%) intègrent partiellement les aspects de durabilité dans les politiques de voyage – mais il y a encore un potentiel d’amélioration. 28 % en sont encore à la phase de planification.

Manque de connaissances: les collaborateurs pas assez (in)formés

Bien que 99% des entreprises proposent des formations sur les thèmes de la durabilité et que celles-ci soient en grande partie considérées comme bonnes ou exceptionnellement bonnes (63%), près d’un travel manager sur trois (29%) indique que le manque de connaissances et de formations constitue un obstacle à la durabilité. Il faut donc plus d’informations et plus de formation continue sur les thèmes de la durabilité pour former les travel managers et les collaborateurs à devenir de véritables ambassadeurs de la durabilité.

«En fin de compte, les facteurs mentionnés jouent ensemble: les entreprises doivent responsabiliser au lieu d’infantiliser. Seuls des collaborateurs éclairés peuvent soutenir activement les objectifs de durabilité. Pour cela, ils doivent – tout comme les travel managers – connaître les chiffres et les faits. Ils doivent savoir où se situe leur entreprise sur la voie de la réalisation des objectifs, quelle est l’influence de leur comportement et dans quels domaines ils peuvent s’améliorer. Pour cela, les données relatives aux voyages d’affaires doivent être saisies de manière cohérente, rassemblées et évaluées dans un système», conclut Götz Reinhardt.

(Business Traveltip)