Swiss opposée aux taxes environnementales

Dans un contexte de vive concurrence, Swiss estime qu’elle ne peut pas augmenter arbitrairement les prix des billets d’avion.

Swiss International Air Lines, on le sait, s’oppose aux taxes environnementales, qu’elle juge contre-productives. Dans le quotidien fribourgeois La Liberté de ce jour, la compagnie ne croit pas en l’utilité desdites taxes alors qu’en Suisse, le principe d’une taxation se précise. La compagnie aérienne appelle à des mesures globales en vue de réduire les émissions de CO2.

Désavantages concurrentiels

Swiss estime que les taxes nationales sur les billets d’avion internationaux ne permettent pas d’atteindre l’objectif visé. Trop élevées, elles entraîneront un transfert des flux de trafic vers les pays voisins – et donc des désavantages concurrentiels pour l’économie nationale, explique la porte-parole de Swiss Meike Fuhlrott, interrogée par AWP. «Trop basses, elles n’auront aucune effet.»

Alors que le prix des billets est déterminé en fonction de l’offre et de la demande, Meike Fuhlrott «se demande si et dans quelle mesure une taxe sur les billets d’avion peut être répercutée sur les passagers. Dans un contexte de vive concurrence, en particulier en Europe, Swiss ne peut pas augmenter arbitrairement les prix.» (DS)

Imprimer