Genève Aéroport et Aéroports de Montréal collaborent

Genève et Montréal partagent un certain nombre de réalités opérationnelle et entendent exploiter de nouvelles synergies.
Montréal et Genève ont traité en 2016 le même nombre de passagers. Photo: VoyagesVoyage

Signée ce matin par André Schneider, Directeur général de Genève Aéroport, et Philippe Rainville, son homologue d’Aéroports de Montréal, une convention encadre désormais les relations entre les deux organisations, indique un communiqué de Genève Aéroport. Le texte prévoit notamment d’échanger sur les bonnes pratiques dans de nombreux domaines tels que l’innovation en matière de technologies, le développement durable et la gestion des risques. Il confère un cadre officiel aux échanges informels existant depuis de nombreuses années entre les deux aéroports, notamment en ce qui concerne les opérations de déneigement ou le développement du réseau.

Malgré leur éloignement géographique, Genève et Montréal partagent un certain nombre de réalités opérationnelles. Ils ont ainsi accueilli un nombre équivalent de passagers en 2016 en offrant principalement des liaisons sans escale. Malgré la croissance de leur trafic passagers, les mouvements sur leur plate-forme respective ont augmenté dans une moindre mesure. Ayant tous deux obtenu pour leur site aéroportuaire le niveau 3 de l’accréditation carbone des aéroports, les deux gestionnaires poursuivent leurs efforts dans le but d’atteindre le niveau 3+, qui certifie la neutralité carbone de l’aéroport. Ils ont également en commun de devoir relever d’importants défis en matière de transformation de l’infrastructure aéroportuaire afin de répondre aux besoins de leurs usagers, tout en maintenant une exploitation sûre et efficace de leurs opérations.

Montréal et Genève sont quotidiennement reliées par un vol direct. Cette liaison contribue à garantir la proximité culturelle et économique entre les deux métropoles. Genève Aéroport et Aéroports de Montréal sont tous deux membres du Conseil International des Aéroports (ACI). En signant cette convention, les gestionnaires des deux sites aéroportuaires contribuent à optimiser leur positionnement stratégique et entendent renforcer le rôle desdits aéroports au sein de l’industrie de l’aviation civile et aéronautique.

 

Imprimer