Sondage FSV: les vacances ne devraient pas souffrir du débat climatique

Les Suisses restent aussi fidèles à leurs destinations de vacances.
© AxPitel

Au mois de janvier, les gens commencent à réfléchir à l’organisation de leurs vacances pour l’année à venir. C’est l’époque des salons de tourisme et des inspirations, des questions adressées aux tour-opérateurs et aux agences de voyages et des premières réservations pour la haute saison, à savoir l’été et l’automne. C’est aussi le moment que choisit traditionnellement la Fédération suisse du voyage (FSV) pour mener un sondage auprès des plus grands voyagistes afin de se faire une idée des premières tendances de l’évolution du marché. Avec la participation cette année des responsables de DER Touristik Suisse (Kuoni et Helvetic Tours), Hotelplan Suisse, TUI Suisse, Knecht Reisen, ITS Coop Travel et Globetrotter.

Prévisions optimistes pour 2020
Tout le monde s’accorde sur un point: 2020 s’annonce comme une bonne année pour les voyages. Même si le débat sur le changement climatique ne semble pas affecter l’envie fondamentale qu’ont les Suissesses et les Suisses de voyager, il influence leur comportement en matière de réservation. «Les gens veulent voyager, mais de manière plus consciente», déclare Markus Flick, porte-parole de DER Touristik Suisse.

Le facteur de la durabilité joue un rôle nettement plus important dans la demande touristique au quotidien. «A titre d’exemple, les clients sont toujours plus nombreux à rechercher des hôtels qui respectent les normes dans ce domaine.» DER Touristik Suisse tient compte de cet aspect et optimise son propre engagement en faveur du développement durable tout au long de la chaîne de valeur ajoutée, en coopération avec l’organisme de certification TourCert, ajoute Markus Flick.

Le débat climatique restera d’actualité en 2020, Hotelplan Suisse en est également convaincu. «En notre qualité de tour-opérateur, nous voulons répondre aux besoins exprimés par nos clients», explique la porte-parole Bianca Gähweiler. Ainsi, la marque Hotelplan a par exemple publié en novembre 2019 un catalogue exclusivement consacré aux voyages en train. «Par ailleurs, nous avons décidé de lancer au printemps 2020 des voyages e-mobility avec Travelhouse, en collaboration avec Louis Palmer, le pionnier de la mobilité électrique.»

Même son de cloche chez TUI Suisse. «Nos clients s’intéressent toujours davantage à notre engagement en faveur du développement durable, réservent sciemment des vols au départ de Bâle avec la compagnie TUIfly, dont la faible empreinte écologique est démontrée, ou logent dans l’un de nos hôtels ayant obtenu le titre de TUI Champion de l’environnement», relève la porte-parole Bianca Schmidt. Et d’ajouter que les excursions permettant de découvrir les projets de la TUI Care Foundation dans les régions de vacances sont aussi nettement plus demandées qu’il y a quelques années encore.

Augmentation des voyages en train
En ce qui concerne l’utilisation des moyens de transport, les tour-opérateurs observent une très légère tendance vers le train. Non seulement chez Hotelplan Suisse suite à la publication de sa brochure dédiée aux voyages ferroviaires, mais également chez Globetrotter qui note une augmentation de la demande pour le rail, comme le confirme sa porte-parole Sandra Studer. Et chez Knecht Reisen, selon son porte-parole Matthias Reimann, les clients qui renoncent à prendre l’avion pour se rendre dans une ville européenne sont de plus en plus nombreux. En revanche, les clients hésitent toujours à compenser les émissions de CO2 de leurs voyages en avion. C’est du moins l’avis d’Andi Restle, directeur d’ITS Coop Travel: «Nous avons mis l’accent sur cette question et proposons une solution simple pour compenser les émissions de CO2, mais elle n’a que peu été utilisée jusqu’ici.»

La FSV soutient la politique climatique
La FSV est elle aussi consciente de sa responsabilité sociale depuis de nombreuses années, comme le souligne son directeur Walter Kunz: «Une nature vivante et un environnement intact constituent les piliers des affaires liées aux voyages. Raison pour laquelle la FSV soutient la politique climatique de la Suisse et se prononce également en faveur d’une taxe CO2 sur les billets d’avion, pour autant que les recettes soient affectées et investies de manière ciblée dans la recherche et le développement de nouvelles technologies visant à réduire les émissions de CO2.»

Activement impliquée depuis des années dans le débat sur le changement climatique, la FSV a organisé en 2004 déjà un workshop sous le titre «Décoller à bas prix – la protection du climat reste à terre».

Les Suisses restent fidèles à leurs destinations de vacances
Pas de changements majeurs en vue par rapport à 2019 pour ce qui est des destinations de vacances favorites des Suissesses et des Suisses. Chez Hotelplan Suisse, les «suspects habituels», à savoir l’Espagne, Chypre, les Etats-Unis et l’Egypte suivie de la Grèce, figurent parmi les destinations les plus demandées. «Etant donné que la principale période de réservation pour les vacances d’été et d’automne vient tout juste de commencer, cet ordre peut encore changer», déclare Bianca Gähweiler.

Selon Bianca Schmidt, Majorque semble à nouveau se profiler chez TUI Suisse comme la destination préférée des Suisses pour les vacances d’été, tandis que les Maldives font actuellement l’objet d’une forte demande pour le semestre d’hiver en cours. En parallèle, Minorque et Dalaman (Turquie) s’imposent de plus en plus dans leur position de destinations familiales. «Par contre, le Sri Lanka est un peu moins populaire que ces dernières années en hiver, au même titre que les USA et le Canada en vue de l’été à en juger l’état actuel des réservations», ajoute Bianca Schmidt. Alors que DER Touristik Suisse connaît actuellement un boom des réservations pour la Crète avec la marque Helvetic Tours, les Caraïbes et le Mexique sont en légère perte de vitesse selon Markus Flick. Chez Kuoni, les Maldives, la Thaïlande, les Etats-Unis ainsi que le Canada arrivent en tête du «hit-parade».

Globetrotter fait état d’une répartition homogène de la demande à travers le monde. «Le Canada/les Etats-Unis, l’Afrique australe, l’Asie du Sud-Est, l’Amérique du Sud et particulièrement l’Asie centrale, en ce moment, sont des destinations très prisées», précise Sandra Studer. Quant aux clients de Knecht Reisen, ils optent surtout pour la Colombie, le Canada, l’Afrique du Sud, la Namibie, la Nouvelle-Zélande, les Maldives, les Seychelles, l’île Maurice ainsi que l’Europe de l’Est, Russie en tête. «La Scandinavie fait également l’objet d’une forte demande», souligne Matthias Reimann.

Baisse de l’euro, mais augmentation des tarifs locaux
Peu de changements cette année aussi pour la clientèle helvétique en ce qui concerne le budget vacances. Tous les tour-opérateurs interrogés confirment que les prix devraient se situer plus ou moins au même niveau que l’an dernier. Dans certaines destinations européennes, les clients peuvent éventuellement profiter de légères réductions, qui sont toutefois compensées dans de nombreux endroits par de faibles augmentations de tarifs imposées par les prestataires de services locaux.

«Les estimations fournies par les tour-opérateurs laissent augurer de bonnes perspectives pour 2020, un espoir que nous partageons à la FSV. Le fait que les clients se montrent plus critiques et plus conscients dans leur approche des voyages ne peut que réjouir la branche. Nous accordons actuellement une attention toute particulière à la propagation du coronavirus, qui est susceptible d’influencer notablement les déplacements à travers le monde», conclut Walter Kunz.