Remboursements aux clients: la FSV recommande d’attendre

La FSV est toujours en discussion avec le Seco pour savoir si un bon garanti par l’Etat peut être émis en lieu et place d’un remboursement.
Walter Kunz, SRV/FSV

La garantie de liquidités est actuellement l’un des plus gros problèmes auxquels sont confrontés les agences de voyages et les détaillants indépendants, mais aussi les TOs et les prestataires de services. Il est donc d’autant plus délicat de traiter les demandes de remboursement des clients, qu’elles soient justifiées ou non dans des cas individuels. «Pour l’instant, nous recommandons de reporter les remboursements aux clients jusqu’à ce qu’il soit clarifié si les remboursements seront possibles avec un bon», conseille Walter Kunz, directeur de la Fédération suisse du voyage (FSV), dans une communication adressée à ses membres – la France a adopté cette solution hier.

La FSV est toujours en discussion avec le Seco pour savoir si un bon garanti par l’État peut être émis en lieu et place d’un paiement en espèces. «Malheureusement, nous n’avons pas encore d’informations à ce sujet», répond Walter Kunz. La FSV   avait déjà adressé cette demande au Seco la semaine dernière.

Diverses agences de voyages, tour-opérateurs et prestataires de services proposent déjà à leurs clients des notes de crédit au lieu d’argent liquide en cas d’annulation d’un voyage. Swiss propose par exemple aux clients finaux mais aussi aux agents de voyages un bonus en cas de changement de réservation au lieu d’une annulation avec remboursement en espèces.

Toutefois, la règle de base qui prévaut aujourd’hui veut que les remboursements prévus par la loi doivent être effectués en espèces, sauf si les clients acceptent expressément une solution de remplacement par des bons. Dans le cas d’obligations de remboursement convenues par contrat, les conditions contractuelles peuvent également prévoir expressément la possibilité d’utiliser des bons au lieu d’espèces sonnantes et trébuchantes. (TI)

 

Imprimer